Une journée inter-écoles bien remplie à Bertrix

« Chers citoyens et citoyennes du monde », « Messieurs, Mesdames les échevins », « Monsieur le Bourgmestre », « Chers directeurs et directrices », « Monsieur le ministre », « Chers conseillers et conseillères commu- naux », « Monsieur Alexander De Croo ».

C’est dans la grande salle d’étude de l’Institut Notre-Dame de Bertrix, le 21 octobre dernier, qu’ont retenti ces mots adressés au monde politique. Lors de cette journée, les élèves de 4e de l’Institut Notre-Dame de Bertrix et de l’Institut Sainte-Marie de Bouillon ont participé à une journée de réflexion sur les grands enjeux pour le monde de demain.

Les jeunes ont débuté cette journée par l’analyse de notre système de fonctionnement mondial avec, comme porte d’entrée, la problématique de l’accès à l’alimentation. Pour ce faire, les jeunes ont été invités à imaginer un concept de foodtruck avec un menu qu’ils ont eux-mêmes élaboré. L’activité avait pour objectif de les faire prendre conscience des différents impacts qu’ont leurs choix alimentaires sur la santé, l’environnement, mais également le social. L’alimentation étant au cœur de nos choix de consommateurs et consommatrices, elle est un bon moyen pour comprendre le modèle dominant dans lequel on veut nous imposer de vivre.

Ce modèle a-t-il des limites ? Par le biais de récits fictifs, tout en étant aux frontières du réel, les jeunes se sont intéressés à ce que risque d’être demain si nous continuons notre course à l’avoir, à l’argent, au toujours plus. Et si demain, nous avions une puce électronique sous la peau ? Si demain, nous étions 15 milliards d’habitant·e·s sur la planète ? Si demain, la hausse des températures moyennes de l’atmosphère dépassait les 4°C ? Comment renverser la vapeur d’un monde qui part à la dérive ?

Atelier fresque

Mon école en transition

Encadrés par l’équipe du Pôle Jeunes et une animatrice du Centre culturel de Bertrix, l’occasion était donnée à 130 élèves de rêver, de donner leur avis, de réfléchir, échanger, et partager autour d’une question centrale : dans quel monde voulez-vous vivre dans 10-15 ans ? 130 citoyens et citoyennes d’un monde en grand chamboulement dans lequel se multiplient les états de crises : financière, alimentaire, sanitaire, etc. 130 représentant·e·s de cette jeunesse qui réclame plus de justice et d’équité, que ce soit au niveau climatique ou social. Des jeunes parfois un peu perdus face à une situation mondiale anxiogène, mais rassemblés autour d’un but commun, celui de redonner de l’optimisme et de réfléchir ensemble à des solutions et des actions concrètes. Des réflexions inspirantes pour les nouvelles générations, pour les adultes d’aujourd’hui, pour nos décideurs et décideuses politiques, pour la mise en place de futurs métiers qui répondent à l’urgence actuelle. Bref, de quoi fortement inspirer la création d’un meilleur demain.

Répartis en six groupes de réflexion, les jeunes ont échangé sur leur vision tout à fait personnelle du monde dans lequel ils voudraient vivre dans 10-15 ans. Ensuite, pour étoffer leur travail, ils ont regardé une vidéo de Rob Hopkins, grand précurseur des villes en transition, qui présente son monde idéal à lui, ainsi qu’une vidéo qui compilait des témoignages de personnes engagées dans des initiatives de transition, et dans lesquelles il est facile de repérer des actions concrètes de changement, à différents niveaux : habitat, énergie, mobilité, alimentation, aménagement du territoire, éducation, etc.

En attendant la banquise

Les jeunes ont également assisté à la pièce de théâtre En attendant la banquise du Théâtre Sans Accent. Devant l’urgence d’une prise de conscience écologique, cette pièce questionne sur les enjeux des dérèglements climatiques, le non-respect de la biodiversité, la déforestation, la surconsommation, les énergies fossiles, les migrations, les volontés politiques et les médias, etc. Les deux comédiens proposent également des pistes sur tout ce qu’il est possible de mettre en place pour se solidariser dans ce changement global. Cela a permis aux jeunes de peaufiner leur vision, en vue de la mise en commun de fin de journée.

Pour le repas, des tartines composées de produits biologiques locaux et complets au niveau nutritif ont été distribuées aux jeunes. Un exemple d’une alimentation alter- native. Ils ont également eu l’occasion de faire le tour de stands d’alternatives locales : Mise à vrac, Oxfam, le parc naturel, un repair’café, un Groupe d’achats communs.

L’après-midi était entièrement consacrée à l’expression et à la création. Les élèves, répartis en groupes thématiques, ont présenté leur monde idéal sous forme de fresques collectives, de slam/rap, de saynètes théâ-trales ou de revendications destinées au monde poli- tique, aux directions des écoles, aux habitant·e·s de la planète. Une journée qui fait du bien !

Atelier théâtre

Témoignage

« Les uns plantaient des arbres, d’autres se révoltaient de la pollution, mais le point le plus fort est le texte de cette jeune fille, négatif à tous points de vue : on allait tous mourir et c’était bien ainsi. Après un échange, elle a accepté de voir que la vie triomphait et c’est le groupe en entier qui a joué son texte. C’était très émouvant… En pleurs au début, elle est repartie plus souriante que jamais. Je me dis que je n’ai pas perdu mon temps, ne fut-ce que pour elle. Une journée qui ne passera pas inaperçue et qui, j’espère, restera dans la mémoire de ces jeunes qui n’ont qu’une envie : vivre dans un monde plus juste, plus propre, plus solidaire. » Françoise, bénévole et responsable du groupe de théâtre

Amandine Henry

Animatrice Pôle Jeunes pour Entraide & Fraternité